limewire edition page

La fin de Limewire ?

limewire edition page
Si vous voulez télécharger ce qu’il y a de mieux, passez à Limewire

La fin de Limewire ?

Malheureusement, de nombreuses personnes seront déçues d’apprendre que Limewire a fermé ses portes suite à une injonction de la justice américaine.

Plus de peer-to-peer pour Limewire

Tout a commencé en 2005 quand Limewire a reçu des pressions de la part de la RIAA, lui accusant de partager illégalement de nombreux fichiers sur le net, notamment les fichiers audio malgré qu’ils soient consignés à leurs droits d’auteurs respectifs. Limewire a anticipé cette intervention et décide de limiter le partage des fichiers audio pour ceux qui détiennent uniquement la licence DRM. Cette mesure va bien sur diminuer la popularité du logiciel, ce qui a poussé les développeurs à créer un logiciel clone Frostwire.

C’est en 2006 que Limewire succombe vraiment aux accusations de la RIAA qui le condamne de partager illégalement des fichiers protégés et de se conformer à une politique commerciale injuste. Ainsi, pour chaque téléchargement de fichiers illégaux, limewire est soumis au paiement d’une amande de 150.000 dollars.

Limewire, encore disponible ?

C’est en 2010 que Limewire a définitivement fermé ses portes avec l’injonction de la justice américaine. Cela est essentiellement du à la poursuite judiciaire que les maisons de disques concernées ont fait auprès de la cour suprême.

Le tribunal américain a, de ce fait, condamné l’activité illégale de limewire et le rend coupable de contrefaçon puisqu’il est jugé comme étant l’acteur principal pour encourager les gens à violer le droit d’auteur.

Malgré tout, les développeurs se montrent particulièrement enthousiastes et ils ne s’arrêtent pas là. Effectivement, Limewire est encore disponible sur plusieurs sites en version piraté notamment et continuent de plus belle, à satisfaire les clients du peer-to-peer. Cependant, certaines versions du logiciel entend être « légal » grâce à la coopération des développeurs avec certaines maisons de disque, mais cela reste à voir !